Services offerts

equipement

    CERTAINS APPAREILS

Les institutions membres du CCVC fournissent une grande variété de services analytiques à toute la communauté scientifique du Québec. Les équipements mis à la disposition de nos membres sont parmi les plus récents, et les techniques utilisées sont uniques et à la fine pointe. Cet ensemble d'équipements très complet a été conçu pour intégrer plusieurs aspects fondamentaux de la recherche universitaire. Pratiquement n'importe quel type d'échantillon peut y être analysé, allant des solides, aux liquides, ou aux produits en solutions. Les membres du personnel qui font fonctionner et qui exploitent ces laboratoires ont une excellente formation scientifique et des années d'expertise dans leurs domaines respectifs. Ils offrent de la formation aux étudiants des 2e et 3e cycles et aux chercheurs postdoctoraux et ils fournissent des services spécialisés pour les universités et les industries de toute la région. Les sous-sections qui suivent décrivent la tarification en vigueur et les équipements disponibles.

Tarification
Résonnance magnétique nucléaire
Spectrométrie de masse
Cristallographie
Analyse élémentaire
Synthèse à haut débit
Synthèse en débit continu
Spectroscopie optique
Analyse des surfaces
Caractérisation de composés



   nmr
   RMN 700 MHz

   rx
   Diffracteur CCD

   sfc
   SFC préparatif

   ms
   LC-MSD TOF

   maldi
   MALDI-TOF

   maldi
   CEM Voyager

   maldi
   Système H-Cube

   maldi
   Système Uniqsis

   maldi
   Vapourtec R2 + R4
 Tarification

Les frais d'utilisation varient selon la complexité ou l'origine de l'échantillon à analyser. Essentiellement, il y a trois différents types de services :

1) Les coûts d'utilisation les plus bas sont réservés aux groupes de recherche des membres du CCVC, peu importe l'emplacement du service requis.
2) Une deuxième catégorie de coûts est établie pour les membres universitaires des institutions avoisinantes.
3) Une troisième catégorie de coûts d'utilisation s'applique aux groupes de recherche de l'industrie.

Il est aussi possible d'obtenir une entente avec un service donné dans les cas où plusieurs analyses seraient nécessaires ou soumises régulièrement pour un certain temps (escompte au volume). Ces ententes doivent être négociées à l'avance sur une base individuelle avec le responsable du service. Pour plus de détails, veuillez consulter notre politique de frais d'utilisation.


 Résonance magnétique nucléaire

Les spectromètres mis à la disposition des membres par les institutions participantes couvrent pratiquement tous les besoins en RMN pour les chercheurs en chimie et en sciences des matériaux issus des milieux universitaire, gouvernemental ou industriel. L'éventail des services offerts inclut les techniques de haute résolution en phase liquide et solide, de même qu'en diffusion et en micro‑imagerie.

Le Centre régional de RMN à haut champ de l'Université de Montréal dispose de 10 spectromètres RMN, dont 3 sont particulièrement importants: un Bruker 600 MHz pour la RMN de l'état solide et pour la micro-imagerie; un Bruker AVII 700 MHz avec une cryosonde, lequel est optimisé pour le 13C; ainsi qu'un spectromètre Bruker AVIII 400 MHz avec une cryosonde Prodigy. Le laboratoire est également équipé de changeurs d'échantillons automatisés ainsi que de sondes de triple résonance permettant l'analyse d'échantillons complexes.

Les installations de McGill comprennent six instruments à champs magnétiques de puissance moyenne utilisés pour l'élucidation des structures moléculaires des petites molécules, soit des spectromètres Varian/Agilent 300 et 400 MHz avec la capacité d'analyser les signaux provenant de divers noyaux atomiques et un second spectromètre 300 MHz équipé d'un changeur d'échantillons automatisé. Un spectromètre de 500 MHz a été amélioré avec un troisième canal et une sonde hydrogène - carbone - azote. Des instruments Bruker 400 et 500 MHz ont été récemment installés, ce dernier avec un changeur d'échantillons automatisé.

Emplacement: Université de Montréal, Université McGill
Responsables: Minh Tan Phan Viet (UdeM) et Frederick Morin (McGill)


 Spectrométrie de masse

L'équipement accessible aux membres via les institutions hôtes permet de générer des résultats d'analyses rapides et précis, couvrant un large éventail d'application en spectrométrie de masse et répondant aux besoins analytiques en chimie organique, minérale, environnementale et biologique. Certains de ces équipements offrent aussi la possibilité d'analyser des échantillons contenant des analytes de masses moléculaires élevées tels que des polymères, des protéines entières en mode linéaire ainsi que des peptides, des oligosaccharides ou des petites molécules.

Les installations de l'Université de Montréal mettent à la disposition du Centre 8 spectromètres de masse. Ces instruments consistent en un LC‑MSD TOF (Agilent), un AutoFlex MALDI TOF (Bruker), un LC‑LCQ (Thermo Scientific), un LC‑MSQ préparatif (Thermo Scientific), un LC capillaire‑MSD Quad (Agilent), un TSQ Quantum Ultra (Thermo Scientific), un spectromètre de masse pour la chromatographie liquide de mobilité ionique avec détection par temps de vol (Waters) et un GC-MSD Quad (Agilent).

Les installations de l'Université McGill incluent un spectromètre de masse à haute résolution Kratos MS25RFA muni d'une source d'ionisation à impact électronique (EI), à ionisation chimique (CI) et à bombardement d'atomes rapides (FAB); un ORBITRAP ESI/APCI avec des possibilités de chromatographie liquide (Thermo); un GC/MS (Thermo); un AB MALDI‑TOF; un GC‑MS Quadrupole (Agilent); un détecteur à trappe d'ions Model 700 (Finnigan) couplé à un GC capillaire Varian 3500; et un LCQ/DUO HPLC/MS (Finnigan).

Emplacement: Université de Montréal, Université McGill
Responsable: Alexandra Furtos (UdeM)


 Cristallographie

Les laboratoires de cristallographie des divers sites du CCVC assurent un service rapide et de qualité pour les analyses de routine et un soutien à la recherche en chimie et biochimie pour les membres du CCVC ou les collaborateurs externes. Ils utilisent la diffraction des rayons-X pour déterminer la structure tridimensionnelle de petites molécules à partir de monocristaux. Leurs instruments ont la capacité de résoudre la grande majorité des problèmes structuraux. De plus, ils fonctionnent soit à température ambiante ou à basse température. Trois instruments fonctionnent normalement en utilisant comme source de rayons X soit une microsource (Cu) ou 2 anodes tournantes (Cu).

McGill abrite aussi un laboratoire conçu spécifiquement pour la spectroscopie photoélectronique à rayons-X, lequel est essentiel à la recherche en catalyse hétérogène et homogène. Il permet aux chercheurs du CCVC d'avoir accès à de l'équipement à la fine pointe pour déterminer avec précision les éléments de la composition des matériaux ainsi que leurs états d'oxydation. Il y a aussi un diffractomètre Siemens D-5000 équipé de miroirs Grobel et d'un dispositif d'incidence à réseau, un Bruker D8 équipé d'un détecteur réseau et un Omnicron XPS avec possibilités d'ISS.


Les équipements de l'Université de Montréal ont été acquis depuis 2005. Les principaux instruments consistent en 3 diffractomètres pour monocristaux avec caméras CCD (desquels 2 sont équipés d'anodes rotatives); 1 robot pour l'analyse structurale à haut débit; 3 appareils pour la diffraction de poudres (1 équipé d'un détecteur de scintillations, 1 avec un détecteur à réseau pour l'analyse à haut débit et 1 pour l'analyse de fibre(WAXS)); 4 diffractomètres pour la diffusion et la réflectivité (SAXS); 1 système robotisé pour la cristallisation à haut débit.

Emplacement: Université de Montréal, McGill University
Responsable: Michel Simard (UdeM)


 Analyse élémentaire

L'Université de Montréal offre une vaste gamme de services d'analyses pour les membres du CCVC et pour les clients externes. Parmi les équipements, nous retrouvons un Eager EA1108 Elemental Analyser et un Costech ECS 4010, qui ont la capacité d'analyser des composés organiques (sous forme de solides, liquides, huiles, etc.) pour leurs contenus en carbone, hydrogène, azote, soufre ainsi que les composés minéraux.

Emplacement: Université de Montréal
Responsable: Francine Bélanger-Gariépy (UdeM)


 Synthèse à haut débit

Le CCVC dispose de l'équipement pour la réalisation de synthèse organique à haut débit ainsi que pour la purification et l'analyse des composés obtenus. Ces installations sont récentes, et elles rencontrent les exigences nécessaires aux découvertes en biotechnologie ainsi qu'en nanotechnologie.

La totalité des installations consiste en des réacteurs multipuits adaptés tant à la synthèse en solution qu'à la synthèse en phase solide, des synthétiseurs et stations de pesée automatisés (Mettler-Toledo), deux réacteurs à micro-ondes robotisés (Biotage), plusieurs systèmes de chromato flash (Biotage), divers appareils SFC analytiques et préparatifs (Agilent), un système AutoPrep de type HPLC-UV-MS (Waters), des centrifugeuses et un lyophilisateur pour évaporation, des logiciels d'inventaire ainsi que plusieurs autres équipements.

Emplacement: Université de Montréal, McGill University
Responsable: Pierre Lavallée (UdeM)


 Synthèse en débit continu

La synthèse en débit continu apporte une approche nouvelle, efficace et puissante pour préparer des molécules qui, habituellement, sont obtenues à la suite de séquences de synthèse multi&-eacute;tapes ce qui implique plusieurs réactions chimiques, extractions et purifications. Pour la synthèse de nouveaux composés organiques, tout le procédé de synthèse doit être ré-évalué de façon à ce qu'il puisse se produire en débit continu et sur diverses échelles: microscopique (microfluidique, moins de 0.1 g), mésoscopique (0.1 - 1.0 g) et macroscopique (10 g et plus). Ceci permet aux chercheurs du CCVC de développer des réactions plus sécuritaires en utilisant des espèces réactives qui peuvent être reproduites à plus grande échelle afin de produire de nouvelles molécules d'intérêt thérapeutique.

Les installations à l'Université de Montréal incluent des microréacteurs dédiés aux petites ou aux grandes échelles, dont le H-Cube de ThalesNano (un microréacteur dédié à l'hydrogénation sans usage de cylindre d'hydrogène), un réacteur stop-flow chauffé aux micro-ondes de CEM, deux réacteurs Uniqsis avec robotique et modules d'insertion de gaz, six réacteurs R2 + R4 de Vapourtec équipés de modules de refroidissement, de robotique et d'insertion de gaz.

Emplacement: Université de Montréal
Responsable: Pierre Lavallée (UdeM)


 Spectroscopie optique

Les installations de McGill sont composées d'un spectromètre micro‑Raman (Renishaw), d'un spectromètre Raman avec fibre optique (Kaiser) et d'un triple spectrographe (Princeton Instruments).

Ces spectromètres fournissent des détails importants concernant les mécanismes et les intermédiaires réactionnels, et ce, plus particulièrement lors d'études impliquant des catalyses hétérogènes.

Emplacement: Université McGill

 Analyse des surfaces

Les installations de l'Université Laval consistent en un laboratoire d'analyse de surfaces (LAS) équipé pour la spectroscopie de rayons-X photoélectronique (XPS), pour la spectroscopie électronique Auger, pour la spectroscopie de diffusion d'ions (ISS), et pour la spectroscopie vibrationelle combinée, d'un système XPS. Elle incluents aussi un spectromètre de masse par désorption pour étudier les réactions en surfaces (CFI), un microscope à effet tunnel (STM) et un système combinatoire (SOPHAS CAT).

Emplacement: Université Laval

 Caractérisation de composés

Les installations de l'Université Concordia incluent un spectromètre de RMN 400 MHz pour soutenir la recherche en synthèse.

Les installations de l'Université Sherbrooke disposent d'un diffractomètre de rayons X (Enraf‑Nonius CAD‑4), un spectromètre de RMN 600 MHz, un appareil à analyse élémentaire (TruSPEC de LECO) et trois spectromètres de masse (GC/MS, LC/MS et VG Micromass ZAB‑1F).

Les installations de l'Université de Montréal incluent un appareil d'évaluation de stabilité chimique, le micro-calorimètre super CRC Ominical à température très basse et quatre injections.

Les installations de l'Université Laval incluent un diffractomètre à rayons‑X (XRD Bruker APEX II, monocristal avec camera CCD ayant comme source de rayons‑X un tube à anode de molybdène), des tandems chromatographie‑spectromètres de masse (GC‑MS avec trappe d'ions (Thermo), LC‑MS‑MALDI‑TOF (Agilent)) et des spectromètres de RMN de 300 et 400 MHz.

Emplacement: Concordia University, Université de Sherbrooke, Université Laval, Université de Montréal




logo